EPIDEMIOLOGIE


LES POLLINOSES : UN PROBLEME DE SANTE PUBLIQUE


UNE INCIDENCE ELEVEE ET EN AUGMENTATION : 

Dans les pays développés, les maladies allergiques comptent parmi les troubles chroniques les plus courants, touchant de 15 à 30% de la population. (Dont 10 à 20 % Aux pollens).de nombreuse études révèlent que l’augmentation rapide des maladies allergiques de type atopique au cours des dernières décennies, est un phénomène bien réel. (Multiplication par quatre en trente ans). 

Divers facteurs et interactions écologiques complexes sont impliqués dans cette situation. Une recherche épidémiologique des causes et économique des interventions curatives et préventives. 


UN RETENTISSEMENT IMPORTANT SUR LES PATIENTS POUR LES POLLINOSES

Alors qu’elles ont toujours été considérées comme des troubles mineurs, les allergies telles que le rhume des foins perdent progressivement de leur banalité. Les rhinites allergiques demeurent encore de nos jours sous diagnostiquées et sous traitées. 

Cependant des maladies qui touchent un membre sur trois d’une communauté ne peuvent être négligées. 

Elles sont handicapantes pour les patients qui en sont affectés. 

Elles détériorent sérieusement la qualité de vie sur un temps prolongé. 

Ceci a bien mis en évidence par des études utilisant des échelles de qualité de vie validées. 


UN RETENTISSEMENT SUR L'ECONOMIE DE LA SANTE: 

Outre le cout des traitements, elles imposent des arrêts de travaille à de nombreux patients. Elles s’accompagnent d’une perte de productivité et de temps de travail. Dans de nombreux pays elles ont un grave impact négatif sur le fardeau des couts sociaux. En effet il a été mis en évidence que les couts de ces arrêts de travail (couts indirects), sont généralement supérieurs au cout diagnostic et thérapeutique de la maladie, (cout direct). Ces couts direct et indirect ont été estimes en Europe à 30 milliards d’écus par an. Aussi est-il impératif pour les autorités chargées de la sante publique de prendre en considération ces problèmes. 

Face à ces constatations, il convient aujourd’hui de mieux cerner les causes et les caractéristiques de ces maladies allergiques, pour améliorer la prise en charge, en privilégiant la prévention, et agir par conséquent sur l’incidence cout de sante. 

La communication des densités polliniques aux populations va dans cette direction d’une meilleure prévention primaire. 

Une amélioration des outils de diagnostic et de la thérapeutique peut se traduire par une diminution des pertes de journées de travail, et une réduction de la consommation de médicaments et de soins médicaux.











Nb total de visiteurs: 33892
Nb de visiteurs aujourdhui: 16
Nb visiteurs connectés: 2


2015 SEVEN SILVERS (C)